Le Paillasson de l'Isle d'Orleans

Le Paillasson de l'Isle d'Orleans

Prix normal
$9.50
Prix réduit
$9.50
Prix normal
Épuisé
Prix unitaire
par 

Les Fromages de l'Isle d'Orléans

TYPE : Pâte semi-ferme

LAIT : Lait de vache pasteurisé

RÉGION : Québec

FABRICANT : Fromagerie de l'Isle d'Orléans

% DE GRAS : 30

% D'HUMIDITÉ : 40

Fromage artisanal à rôtir, le Paillasson présente une pâte presque blanche, lisse et dense. Il possède une odeur douce et lactique. Son goût est doux, légèrement salé avec une note rustique de foin et de noix.

Le Paillasson tient son nom du tapis de jonc sur lequel il était traditionnellement séché à l’époque de la colonie. Pour le déguster, on doit le rôtir à la poêle environ deux minutes de chaque côté, jusqu’à ce que son cœur soit chaud.

Fromagerie

Les Fromages de l’Isle d’Orléans a vu le jour en 2004, après des années de travail et de recherche afin de retrouver la recette d’un fromage légendaire au Québec: le Fromage de l’Île. Considéré comme le plus ancien fromage d’Amérique, les familles de l’Île d’Orléans l’ont fabriqué dès 1635. À l’époque, ce petit fromage à pâte molle était fabriqué dans les maisons des habitants de l’île. Produit avec du lait cru, le fromage était mis en moule et s’égouttait sans pressage sur un petit tapis de jonc placé au-dessus des poêles à bois, le Paillasson. Il a été fabriqué de façon artisanale sur l’île pendant des décennies, jusqu’en 1965, année où l’interdiction d’utiliser du lait cru dans l’industrie fromagère a mis fin à sa production.

Au début des années 2000, le couple Diane Marcoux et Jocelyn Labbé, avec leur associé et ami Jacques Godbout, tous trois résidants de l’île, décidaient de construire une fromagerie dans un ancien hôtel incendié à Sainte-Famille. Ils rêvaient alors de recréer le légendaire fromage qui à l’époque n’était plus produit que par Gérard Aubin, dernier fromager à connaître la recette ancestrale.

Aubin produisait alors le fromage en petite quantité chez lui, mais était incapable de le reproduire ailleurs que dans sa cuisine. Aucun ferment n’entrait dans la fabrication de ce fromage et c’est pourquoi sa fabrication était si difficile à reproduire. C’est en effet les microorganismes présents sur les roseaux des côtes de l’île (le paillasson sur lequel reposait le fromage), de même que ceux présents dans sa cuisine, qui donnaient tout son goût au fromage.

Grâce aux recherches de Jacques Godbout, professeurs au Département des sciences des aliments et de nutrition de l’Université Laval, et de l’étudiante Hélène Thiboutot, on est parvenu à identifier la flore microbienne du fromage et à isoler les microorganismes présents dans la maison de M. Aubin. Ceux-ci ont alors été pulvérisés dans la nouvelle fromagerie. Après des années de travail, les nouveaux fromagers parvenaient enfin à recréer le paillasson avec du lait pasteurisée.

Les Fromages de l’Isle d’Orléans ont ainsi permis à ce fromage patrimonial de revenir dans nos assiettes après 40 ans d’absence.